Ils ordonnent l'évacuation de l'Université nationale de Medellin en raison de la présence d'hommes cagoulés

Selon des témoins, les hommes cagoulés sont entrés sur le campus et ont lancé des bombes à la pomme de terre

Compartir
Compartir articulo
infobae

En fin de matinée, à 11 heures du matin, le vendredi 8 avril, l'Université nationale de Medellín a ordonné l'évacuation du campus d'El Volador en raison de la présence d'hommes cagoulés.

« L'évacuation immédiate du campus d'El Volador est ordonnée pour les enseignants, le personnel administratif, les étudiants, les visiteurs, les entrepreneurs, les prestataires de services et autres personnes qui se trouvent dans ces espaces, afin de protéger leur intégrité », indique le communiqué signé par Catalina Ceballos Paris, secrétaire du siège.

Imagen: @JUANCARLOSHIGUI Twitter.
Imagen: @JUANCARLOSHIGUI Twitter.

Selon les informations d'El Espectador, des témoins ont affirmé qu'un groupe de personnes cagoulées est entré sur le campus et a jeté des pommes de terre explosives. Ils ont également distribué des tracts expliquant les raisons de la manifestation.

Le groupe du Mouvement révolutionnaire populaire, identifié par l'acronyme M.P.R., dirige les manifestations et, par le biais d'un communiqué, a annoncé qu'il en avait assez des « excès violents des classes dirigeantes ».

« Encore une fois, camarades, nous nous présentons devant vous dans ce lieu émouvant pour commémorer le 9 avril, un tournant dans la patience d'un peuple épuisé par les excès violents des classes dirigeantes, des violences qu'ils répètent toujours après chaque soulèvement populaire ou dans la vie quotidienne des luttes par les massacres, meurtres sélectifs et faux positifs », peut être lu dans la brochure du Mouvement révolutionnaire populaire (M.P.R.).

Selon les informations de Semana, les hommes cagoulés ont également expliqué que leur présence faisait partie de la commémoration du 9 avril, 74e anniversaire de la mort de Jorge Eliécer Gaitan, qui a déclenché le Bogotazo.

Certaines photos ont circulé sur les réseaux sociaux à l'intérieur du campus, où l'on peut voir un groupe de personnes avec le visage couvert de chiffons noirs et un drapeau accroché qui dit : « Notre âme qui déborde d'humanité, ne supporte plus autant d'injustice. Université nationale ».

L'université a également averti dans le communiqué que, « si les instructions d'évacuation » n'étaient pas suivies, « rester sur le campus sera aux risques et à la responsabilité de chaque personne ».

Pour l'instant, il n'y a pas eu de problèmes de mobilité, a confirmé le Secrétariat à la mobilité de Medellín, confronté au doute d'un citoyen sur Twitter, « pour le moment, il n'y a pas de nouvelles sur les routes proches de l'Université nationale ».

Blocages devant l'Universidad Nacional et La Javeriana à Bogotá

Il convient de rappeler que vers 14h00, le jeudi 7 avril, des manifestations de plusieurs groupes d'étudiants ont été signalées devant l'université Javeriana, générant le chaos et la congestion routière lors de la septième course, à Bogotá.

Ce blocus a partiellement paralysé Transmilenio, comme indiqué sur le compte Twitter officiel du système de transport. « Rapport de mobilisation à la hauteur de U. Javeriana (Cra. 7 - Calle 40), blocus dans la direction sud-nord. La flotte double commence à faire du vélo, reprenant la route sur la 45e rue dans la direction s-n », ont-ils précisé.

Des manifestations ont également eu lieu devant l'Université pédagogique nationale et des affrontements ont eu lieu entre des étudiants et des membres de l'escadron mobile anti-émeutes (Esmad) sur la 72e rue, à proximité des installations universitaires.

CONTINUEZ À LIRE :